Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Qu'est-ce qui renforce les luttes collectives ? Qu'est-ce qui les fragilise de l'intérieur ?

Le militantisme n'est pas un long fleuve tranquille. S'engager dans des luttes antinucléaires, anticapitalistes ou écologistes, c'est se confronter à la répression gouvernementale. C'est subir l'indifférence ou l'hostilité d'une partie de la population. C'est mesurer toutes les pesanteurs et les inerties de l'ordre établi. Mais c'est aussi, bien souvent, faire face à des tensions et des conflits au sein-même des groupes militants. C'est vivre des périodes de découragement, des désillusions relationnelles et politiques qui affaiblissent, paralysent et parfois détruisent des collectifs de l'intérieur.

Comment surmonter les problèmes internes qui fragilisent les organisations militantes ? Quels sont les facteurs qui favorisent des luttes vigoureuses et stables sur la durée ? Nathalie Dom nous présente ses hypothèses.

Ce texte est extrait de la revue La Traverse n°3.

Pour aller plus loin :