Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Les livres du thème « Santé mentale et souffrance psychique »

La déprime des opprimés

couverture

Patrick Coupechoux et Christophe Dejours
Seuil, 2009

Des millions de personnes souffrent aujourd'hui d'anxiété, de phobies, de dépression. La souffrance psychique est devenue massive en France et elle touche toutes les catégories de population. Au-delà des chiffres, quelles sont les causes de ce phénomène ? Que dit-il du fonctionnement de notre société ? Pour répondre à ces questions, Patrick Coupechoux a mené une enquête auprès de ceux qui souffrent et de ceux qui soignent. Toutes les personnes qu'il a rencontrées, cadres de multinationales, ouvriers, médecins du travail, psychiatres, syndicalistes... en témoignent : au cœur de la souffrance, on trouve le travail et ses nouvelles organisations, la disparition des collectifs, la mise en concurrence des individus, l'épée de Damoclès de la précarité et de l'exclusion et, au bout du compte, l'isolement. Au-delà de l'entreprise, il y a une société qui a fait disparaître les anciennes solidarités, au profit d'un " homme économique ", individu du marché, libre et performant. Une société qui maltraite de plus en plus le sujet, livrant celui-ci à une véritable " pathologie de la solitude ". " Cet ouvrage propose un parcours empirique et intellectuel de grande ampleur ", écrit Christophe Dejours dans sa préface, dont l'originalité est de montrer que la souffrance est " un opérateur d'intelligibilité irremplaçable de la condition humaine et de la société ".

Orange stressé

couverture

Ivan Du Roy
La découverte, 2009

France Télécom est devenue un géant mondial des télécommunications. L’ancienne entreprise publique est présentée comme le modèle d’une privatisation réussie, dans un secteur qui connaît une extraordinaire mutation technologique. Mais il y a un grave revers à cette médaille, beaucoup moins médiatisé que les profits records de la firme : parmi ses 100 000 salariés hexagonaux, deux sur trois se déclarent stressés. Un mal-être généralisé qui a pour symptômes la banalisation du recours aux anxiolytiques, la progression des arrêts maladie de longue durée, l’augmentation des démissions et la multiplication troublante de suicides. C’est cette réalité méconnue que dévoile ce livre, fruit d’une enquête auprès de salariés, de syndicalistes, de médecins ou d’experts en santé au travail. Et qui s’appuie également sur les travaux de l’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom, créé à l’initiative d’organisations syndicales. Ivan du Roy y montre comment le " management par le stress " a été érigé en système par les dirigeants de l’entreprise, dans le but notamment de pousser vers la sortie des milliers de salariés. Ce management " sournois " et " vicieux " - selon les mots des salariés - s’est progressivement déployé avec la privatisation, alors que les profits s’accroissaient. En ce sens, le cas de France Télécom est tristement exemplaire : c’est un laboratoire pour la gestion du personnel par la souffrance au travail, une expérimentation de ce qui peut se produire demain dans d’autres grandes entreprises et services publics, de La Poste à l’Education nationale.

La raison du plus fou

couverture

Daniel Karlin et Tony Lainé
Éditions sociales, 1977

Cet ouvrage interroge la rencontre de la folie, à travers le parcours de différentes personnes en souffrance psychique, apportant un regard inhabituel sur le rapport à la normalité, à la santé psychique, à la société.

Pour en finir avec la psychiatrie

couverture

Nicole Maillard-Déchenans
Libertaires, 2008

Il en est de la psychiatrie et de l'hôpital psychiatrique comme de la prison ! Tant qu'on n'y a pas été confronté, on ne peut pas croire qu'il puisse en être ainsi. Que l'on puisse briser des êtres humains à ce point ! Et pourtant ! Ce livre s'adresse aux personnes ayant été confrontées à l'institution psychiatrique : les patients ou anciens patients, leurs familles ou amis, les professionnels de la santé mentale. Il s'adresse aussi à tous ceux qui s'intéressent à la maladie mentale et souhaitent œuvrer aux changements de mentalité et de société indispensables pour la soigner dans le respect de la dignité des personnes qui en sont atteintes. La commission Alternatives thérapeutiques du G.I.A. (Groupe Information Asiles) a rassemblé des témoignages qui décrivent les maltraitances institutionnelles psychiatriques et les ravages des psychotropes, mais qui racontent aussi des chemins possibles de guérison. Ces chemins sont aussi variés que les personnes qui témoignent sont diverses. Ce livre prend, en effet, le contre-pied des allégations répétitives et confortables de nombreux médecins psychiatres qui prétendent que maladie mentale et chronicité vont de pair. Non, même la schizophrénie n'est pas incurable ! Des membres du G.I.A. attestent ici que l'espoir est légitime, que sortir de la dépendance aux institutions psychiatriques et aux médicaments psychotropes est possible. Ce livre présente en annexe un historique du G.I.A. de ses débuts, en 1972, jusqu'en 1992, sous la forme d'un long entretien avec Philippe Bernardet (1950-2007), militant dévoué à la cause des patients en psychiatrie et devenu, par la force des choses, le meilleur juriste national et européen en matière de droit français de l'internement psychiatrique.

Les passions tristes

couverture

Miguel Benasayag, Gérard Schmidt et Line Kozlowski
La découverte, 2005

Depuis plusieurs années, les services de psychiatrie et les psychanalystes sont confrontés à un afflux croissant de jeunes en souffrance psychique. C'est ce constat alarmant, pourtant largement ignoré des médias, qui a conduit Miguel Benasayag et Gérard Schmit, en s'appuyant sur une longue expérience clinique en pédopsychiatrie, à écrire ce livre. Un constat qui est aussi un cri d'alarme : le dispositif de soins destiné à répondre à cette souffrance n'est plus adapté. Par manque d'effectifs, bien sûr, mais surtout parce que les techniques classiques de prise en charge psychothérapeutique sont de moins en moins à même de répondre à ces nouvelles pathologies. Pour les auteurs, l'explosion de la demande de soins est en fait le symptôme d'un profond malaise culturel, d'une époque submergée par la tristesse, dans toutes les couches sociales. En expliquant les racines profondes de ce malaise et ses effets sur les individus, les auteurs proposent des pistes nouvelles pour penser de nouvelles pratiques cliniques. Et pour aider ces milliers de familles et de jeunes, qui vivent souvent leurs difficultés de manière dramatique, car ils restent isolés.

Le temps des antidépresseurs

couverture

David Healy et Françoise Bouillot
Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2002

Les antidépresseurs ont envahi notre vie quotidienne. Ils sont désormais prescrits largement par les médecins généralistes. Les laboratoires pharmaceutiques poussent à la consommation par tous les moyens. Ces médicaments sont pourtant plus dangereux qu’il n’y paraît : les récents passages à l’acte de criminels qui se sont révélés être des consommateurs d’antidépresseurs doivent nous alerter, comme les suicides.  L’industrie pharmaceutique n’a pas fait toute la lumière sur les propriétés et les dangers des antidépresseurs qu’elle propose. C’est ce que vise à faire ce livre de manière détaillée et précise en retraçant toute l’histoire des antidépresseurs, en nous montrant aussi comment travaille le marketing des laboratoires et comment s’est faite la médicalisation des anciennes névroses, sous le nom de dépression. Il pose beaucoup de questions gênantes sur la manière dont la science médicale est gouvernée par de grands intérêts financiers.

Les inventeurs de maladie

couverture

Jörg Blech, Martin Winckler et Isabelle Liber
Actes Sud, 2005

"Si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, nous explique Jörg Blech, les marchands de la santé, aujourd'hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée. En manipulant des membres influents de la communauté médicale, les lobbys industriels ont peu à peu modifié les ""normes" de certaines valeurs biologiques - comme le taux de cholestérol et la tension artérielle - afin d'augmenter le nombre de patients "susceptibles d'être traités". Pour eux, faire croire à des gens en bonne santé qu'ils doivent se soigner à vie est une véritable rente viagère. Et pour propager une pareille absurdité, ils nous suggèrent que si nous ne " nous soignons pas" par anticipation, nous mourrons de cancer, nous serons diminués par des maladies cardiovasculaires ou nous perdrons la tête en raison d'une dégénérescence neurologique... Le principal argument de vente des marchands de la santé, c'est la peur." (extrait de la postface de Martin Winckler) A partir d'un grand nombre d'articles parus dans d'importantes revues scientifiques, Jörg Blech a mené sa propre enquête. Grâce à une multitude d'exemples et de révélations, il développe une synthèse passionnante des dangers menaçant les patients, malades ou prétendus tels. Traduit dans une douzaine de langues, Les Inventeurs de maladies est un livre à lire absolument avant de se rendre chez le médecin.

L'Avenir du drame de l'enfant doué

couverture

Alice Miller
Presses Universitaires de France, 2003

Si je devais aujourd'hui me chercher un thérapeute, je me demanderais en premier lieu : avec qui vais-je conserver mon autonomie ? Qui me donnera des informations vérifiables ?... Qui répond sincèrement, et de façon satisfaisante, à mes questions, noue avec moi une relation de travail loyale et transparente, accepte les critiques, est prêt à se confronter avec les faits ? Contrairement au petit enfant, l'adulte a des options. Il peut se fonder sur ses expériences, dispose de la faculté de raisonner ainsi que du libre accès aux informations. Tout cela, il peut l'utiliser, s'il n'est pas bloqué dans le schéma de son enfance qui n'était auparavant qu'une stratégie de survie. Mais en détectant ce schéma nous pouvons en sortir et profiter des options que nous offre la vie.

Travail social et souffrance psychique

couverture

Jacques Ion
Dunod, 2005

Quand l'État providence semble se déliter, quand perdent de leur force les cadres collectifs de l'existence sociale et que chacun est sommé de construire sa propre personne, quand s'efface l'idée même de progrès, comment un travail social sur les individu est-il encore possible ? Comment traiter alors ce qu'il est devenu convenu d'appeler la souffrance psychique ou sociale ? Cet ouvrage entend explorer les transformations des pratiques des intervenants sociaux confrontés à ces situations extrêmes mais de plus en plus courantes où toute visée de ré-insertion paraît impossible.