Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Françafrique

Textes (17)

Films (7)

Livres (31)

Illustrations (5)

Liens (8)

Citations (59)

Les livres du thème « Françafrique »

Noir silence

couverture

François-Xavier Verschave
les arènes, 2001

600 pages de description de la politique française en Afrique : l'imposition de gouvernements dictatoriaux, des complicités entre hommes politiques français et trafiquants en tout genre (armes, diamants, drogue, pétrole, etc.), des mécanismes de détournement de l'Aide Publique au Développement, etc.

Cet ouvrage fait suite à La Françafrique , publié par le même auteur en 1998.

Pour plus de détails, http://www.survie-france.org

Plan :

1. Horreurs planifiées au Congo-Brazzaville
2. Sous et dessous du camarade Sassou
3. L'assaut de la Guinée-Bissau
4. Loterie terroriste en Sierra Leone
5. Rechutes dans les Grands Lacs
6. Kabila, nous voilà !
7. Les Comores à l'encan
8. Tchad, pétrole et dictature
9. "Démocratie apaisée" de Yaoundé à Lomé
10. Scrutins de pacotille à Libreville et Djibouti
11. Conakry et Bang
ui sous influences
12. Encombrants amis
13. Sénégal et Côte d'Ivoire, modèles en péril
14. Services incontrôlés
15. Le cas Barril
16. Vrais-faux mercenaires et armées privées
17. Légions étrangères
18. Le poids de l'État-major
19. Elf sous l'écran Total
20. La résistible ascension du tandem Bolloré-Roussin
21. Chirac dans les bottes de Foccart
22. La Nation et les initiés
23. Les réseaux pluriels de la gauche
24. Figures africaines de la résistance
25. Rejets populaires à Niamey, Bissau, Ouaga
26. Campagnes civiques
27. Le discrédit

Les affaires sous la guerre

couverture

association Global Witness
Agone, 2003

En 1998 éclate l'Angolagate : des groupes pétroliers (BP-Amoco, TotalFinaElf, Exxon...) sont au coeur d'une vaste affaire de trafic d'armes, de corruption et de pillage du pétrole sur fond de guerre civile en Angola. Cette affaire, toujours en cours, a déjà éclaboussé des personnalités politiques telles que Jean-Christophe Mitterrand, Charles Pasqua ou Jacques Attali, mais aussi des intermédiaires financiers tels que Arcadi Gaydamak, Pierre Falcone ou encore Jean-Charles Marchiani, tous rompus aux trafics d'armes et aux paradis fiscaux.

L'Angolagate inaugure l'ère de la Mafiafrique, l'interconnexion des réseaux de pillage des richesses africaines. Mais si les acteurs évoluent, la pièce maîtresse des montages financiers reste la même : les paradis fiscaux.

Plus de détails sur http://www.survie-france.org

Un génocide sans importance

couverture

Jean-Paul Gouteux
tahin party, 2007 (2001)

Ce livre, pas cher (6¤) et pédagogique, insiste plus particulièrement sur les responsabilités françaises, celles des médias, des intellectuels et des hommes politiques concernant le génocide rwandais de 1994. Il a été réédité en 2007, avec un chapitre supplémentaire sur les responsabilités du Vatican. Pour plus de détails, ou pour commander ou télécharger gratuitement le livre : http://tahin-party.org

Noir Chirac

couverture

François-Xavier Verschave
les arènes, 2002

Cet ouvrage aurait pu s'intituler La mafiafrique car, loin de s'intéresser au seul personnage de Jacques Chirac, il détaille également les multiples réseaux de type mafieux qui gravitent autour de la politique française en Afrique. Incontournable. Plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres

Plan :

  • A. Un fils prodige de la guerre froide 1. Prolifération nucléaire 2. A droite toute, le réseau stay behind 3. Les trous noirs de la finance mondiale 4. CIA et initiés : le Temple et ses loges 5. Parrain Dassault 6. Parrain Pompidou, Jockey Juillet  
  • B. Les pompes à fric et les pompistes 7. Elf chiraquienne 8. Pasqua contre Chirac, tout contre 9. Entre Pasqua et Chirac, les jongleurs de milliards 10. Roussin, de Paris à Rangoon via Abidjan 11. Alpiniste en sous-sol 12. Entremises libanaises 13. Arroseur à sec 14. Maroc et Japon, pays de cocagne  
  • C. Criminalités françafricaines 15. Restaurer l'ami Sassou, à n'importe quel prix 16. Légitimer le frère Déby, bourreau des Tchadiens 17. Incruster les tyrans reconnaissants 18. Un candidat ferait-il le printemps ?

Noir procès

couverture

François-Xavier Verschave
Les arènes, 2001

Cet ouvrage est la retranscription du procès pour offense à chef d'État lancé par trois chefs d'État africains suite à la publication de Noir Silence en 2000 par François-Xavier Verschave, alors président de l'association Survie. Les dialogues entre le juge, François-Xavier Verschave, les avocats des chefs d'État et les multiples témoins sont particulièrement éloquents.

Plus de détails sur http://www.survie-france.org

La Françafrique

couverture

François-Xavier Verschave
Stock, 1998

Sans doute la meilleure ''porte d'entrée'' pour comprendre la politique de la France en Afrique. L'histoire de la confiscation des indépendances est détaillée pour chaque pays d'Afrique francophone.

Plus de détails sur http://www.survie-france.org

L'aide publique au développement

couverture

Guillaume Ollivier
Charles Léopold Mayer, 2004

Que deviennent les milliards d'euros dépensés chaque année par la France au titre de ''l'aide publique au développement'' ?

Une minutieuse analyse qui prolonge et réactualise un ouvrage du même nom réalisé par François-Xavier Verschave et Anne-Sophie Boisgallais en 1994.

Plan :

1. La mondialisation, richesses et inégalités
2. L'aide publique au développement dans un monde changeant
3. Les faiblesses de l'aide publique française
4. Réiventer la solidarité internationale
5. Etude de cas : le Niger

Négrophobie

couverture

Boubacar Boris Diop, Odile Tobner et François-Xavier Verschave
Les arènes, 2005

Pour la Françafrique, l'information est une arme comme une autre. De RFI au Monde, son traitement est surveillé, filtré, parfois même organisé. Au plus haut niveau, la République est passée maître dans l'art de biaiser l'information, à coup de vrais-faux scoops, de rideaux de fumée et de sources privilégiées. L'un de ces « ingénieurs de l'âme » s'appelle Stephen Smith. Responsable de la rubrique Afrique au Monde jusque fin 2004, après avoir tenu celle de Libération, il est l'auteur d'un best-seller inquiétant, Négrologie. Ce livre ressuscite les pires clichés coloniaux - sur les Africains, naturellement cruels, qui « se bouffent entre eux » (sic) - dans un salmigondis de statistiques tombées de nulle part et de prose apocalyptique. Trois auteurs ont mêlé leurs plumes pour répondre à ces écrits de mauvaise augure. Ils décortiquent le discours de Négrologie. Ils décryptent dix ans de désinformation, à Libération et au Monde. Ils défendent l'honneur des peuples d'Afrique face à tous ceux qui jouent avec le feu du racisme. Plus de détails sur http://www.survie-france.org et sur http://www.arenes.fr

Plan :

1. Peau noire, discours blanc (Odile Tobner) 2. Stephen Smith, passeur du racisme ordinaire (Boubacar Boris Diop) 3. Dix ans de désinformation (François-Xavier Verschave) 4. Extraits de la revue de presse consacrée à Négrologie

Imprescriptible

couverture

Géraud de La Pradelle
Les arènes, 2005

Le génocide et la complicité de génocide sont des crimes imprescriptibles. Quels que soient leur nationalité ou leur niveau de responsabilité, aucune immunité n'en protège les auteurs. En 1994, la communauté internationale a reconnu le génocide tutsi comme l'un des trois génocides du XXe siècle. Cette décision met la France dans une position délicate. Il est désormais avéré qu'entre 1991 et 1994, des soldats français ont formé, sur ordre, des Rwandais qui ont participé à ce génocide. Pendant les massacres, l'armée française s'est portée à leur secours, leur permettant de poursuivre aussi longtemps que possible leur terrible besogne. Elle les a épaulés dans leur guerre contre le FPR avant de faciliter leur fuite au Zaïre. Depuis, les autorités françaises n'ont cessé de protéger leurs anciens alliés devenus génocidaires. Ce livre appelle à la mise en cause, devant les juridictions françaises ou devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), d'hommes politiques placés au coeur de l'État, mais aussi de hauts fonctionnaires, d'officiers supérieurs ou de simples soldats, au titre de la participation directe ou de la complicité dans le génocide. Les premières plaintes visant des Français ont déjà été déposées à Paris. Ce livre explique comment elles peuvent prospérer. Les hommes qui ont rendu la République française complice du "crime des crimes" nous doivent des comptes. Plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres et sur http://www.survie-france.org

L'inavouable

couverture

Patrick de Saint-Exupéry
Les arènes, 2004

Extrait de la quatrième de couverture : "JE VAIS VOUS RABAISSER AU RANG D'HOMME. Ou vous élever, c'est selon. Je vais attraper votre main et nous allons partir. Quelque part, là-bas, il y a longtemps. En Afrique, la France se bat depuis cinquante ans pour conserver son empire. La décolonisation n'a pas été une rupture, juste une étape. Avec le temps, nos dirigeants ont simplement privilégié l'ombre, perfectionnant certaines techniques forgées durant les guerres coloniales : les opérations secrètes, l'enseignement de la guerre révolutionnaire, cette doctrine de manipulation des foules... Au Rwanda, notre politique fut une réussite. Techniquement - je veux dire si l'on se débarrasse de ces concepts encombrants que sont le bien et le mal, l'humain et l'inhumain, l'acceptable et l'inadmissible-, nous fûmes au sommet. La mystification est une figure de la guerre. Nous la pratiquâmes avec une maîtrise qui glace le sang. Des soldats de notre pays ont formé, sur ordre, les tueurs du troisième génocide du XXe siècle. Nous leur avons donné des armes, une doctrine, un blanc-seeing. J'ai découvert cette histoire malgré moi, dans les collines rwandaises. Il faisait chaud, c'était l'été. Il faisait beau, c'était magnifique. C'était le temps du génocide. Plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres

Au mépris des peuples

couverture

François-Xavier Verschave
La fabrique, 2004

Un long et passionnant entretien de François-Xavier Verschave, ancien président de l'association Survie, auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur la Françafrique.

Plan :

1. La Françafrique, pourquoi, comment ?
2. Guerres froides et républiques souterraines
3. France-Afrique : secret, impunité, raison d'Etat
4. Penser, c'est résister

Exterminez toutes ces brutes !

couverture

Sven Lindqvist
Les arènes, 2007 (1992)

Ce livre est le récit d'un double voyage : celui d'un homme qui traverse le Sahara et qui, parallèlement, remonte le temps à travers l'histoire du concept d'extermination. Dans de petits hôtels du désert battus par les sables, son étude se concentre sur une phrase du roman de Joseph Conrad, Au coeur des ténèbres : "Exterminez toutes ces brutes !" Pourquoi Kurtz, le héros du livre, conclut-il par ces mots son rapport sur la mission civilisatrice de l'homme blanc en Afrique ? Que signifiaient-ils pour Conrad et ses contemporains ? Mêlant librement l'essai, l'autobiographie, la littérature et le carnet de voyage, cheminant à travers l'histoire des sciences et des idées, Sven Lindqvist retrace les fondements idéologiques qui justifièrent l'anéantissement de peuples entiers au nom du Progrès et de la Civilisation. Pour en savoir (beaucoup) plus : éditions Les arènes

Afrique, pillage à huis clos

couverture

Xavier Harel
Fayard (Lagardère), 2006

Cette enquête décrit l'immense corruption liée à l'exploitation du pétrole en Afrique : les montages financiers élaborés avec l'aide des plus grandes banques françaises pour détourner les revenus de l'or noir au profit d'une poignée d'initiés, le soutien de grandes multinationales aux pires dictatures du continent africain, le double discours des dirigeants du G8. Ce livre est très intéressant pour qui cherche des données précises et récentes sur ce sujet.

Plan :

1. Pillage à tous les étages 2. La vie de château 3. Le lourd héritage des années Elf 4. L'arnaque totale 5. Autopsie d'un suicide assisté 6. Les disparus du Beach 7. Patrick, l'autre ami de Jacques 8. BNP Paricibas la monnaie 9. L'Afrique, nouveau terrain de jeu des compagnies américaines 10. Corruption made in America 11. A « good friend » of America 12. La City lave plus blanc 13. Tentative de coup d'Etat à Malabo 14. La Chine : un nouveau caïman dans le marigot du pétrole africain 15. Le grand gâchis 16. Briser la malédiction de l'or noir

François-Xavier Verschave, l'homme qui voulait soulever les montagnes

couverture

Collectif
Les arènes, 2006

François-Xavier Verschave fut pendant vingt ans l'adversaire redouté de la Françafrique. Il croyait à la démocratie et aux engagements publics. Puisque la République violait en Afrique ses principes fondamentaux, il avait décidé de porter la plume dans la plaie. Avec une poignée de bénévoles, une force de travail considérable, il a rassemblé des milliers d'informations sur la face cachée de notre politique africaine, écrit des livres marquants, lancé une commission d'enquête citoyenne sur le Rwanda, animé d'innombrables conférences. Grâce à François-Xavier Verschave, la Françafrique a été mise en procès. L'homme qui voulait soulever les montagnes retrace l'itinéraire de ce citoyen absolu, rassemblant ses pages les plus éclairantes et les témoignages de ceux qui l'ont connu. Document d'espoir, ce livre est un testament irremplaçable pour tous ceux qui, en France et en Afrique, ne se résignent pas à l'inacceptable. Pour en savoir (beaucoup) plus : éditions Les arènes

L'horreur qui nous prend au visage

couverture

Rapport de la Commission d'Enquête Citoyenne
Karthala, 2005

En 1994 s'accomplissait au Rwanda le dernier génocide du XXe siècle. En trois mois, un million d'hommes, de femmes, de vieillards et d'enfants étaient exterminés uniquement parce qu'ils étaient Tutsi. Il est vite apparu que la question des responsabilités françaises était incontournable. La France a en effet soutenu un régime fasciste qui couvait l'idéologie et les forces du génocide, puis ces forces en train de commettre l'abomination, avant de favoriser leur repli et leurs préparatifs de " revanche ". Les voix qui dénonçaient en France ce sinistre scandale ont été vite étouffées par une chape de plomb politico-militaire et une désinformation incessante. En 1998 cependant, les révélations du journaliste Patrick de Saint-Exupéry contraignaient une Mission d'information parlementaire à soulever le couvercle, mais pour conclure seulement à une " erreur " d'appréciation politique, en dépit du contenu même de son Rapport. Un ensemble d'associations et de citoyens a estimé ne pas pouvoir laisser dans un tel déni la commémoration des dix ans du génocide. Ils ont organisé, du 22 au 26 mars 2004, une Commission d'Enquête Citoyenne (CEC), appuyée par plus de huit mille signatures. Cette semaine intense de travaux et de débats est retranscrite dans le présent ouvrage : rapports, documents (pour certains inédits), paroles d'experts, de rescapés et de bourreaux se prolongent dans les échanges de la Commission. Les membres de la CEC, même ceux qui connaissaient très bien le sujet, ont été saisis d'effroi et de dégoût devant ce qui ressort d'un tel faisceau de preuves et d'informations : leur pays est inextricablement mêlé à un génocide. Réfléchissant, décidant et agissant comme si ce génocide n'était qu'un phénomène collatéral d'une guerre civile, les responsables civils et militaires de la France ont favorisé de fait son accomplissement.

Plan :

1. Présomptions de complicités militaires 2. Présomptions de complicités financières 3. Présomptions de complicités diplomatiques 4. Idéologies et médias 5. L'opération turquoise 6. Hiérarchie des responsabilités présumées complices

Une guerre noire

couverture

Gabriel Périès, David Servenay
La découverte, 2007

Plan :

 

  • Guerre française en Afrique 1. 1958 : Une nouvelle constitution où le droit fait la force 2. Les intellectuels de la "guerre révolutionnaire" 3. Le règne des émniences grises 4. Guerres révolutionnaires en Afrique  
  •  

  • Rwanda, année zéro 5. Une Révolution à l'envers 6. Divide et Impera (1959-1963) 7. Un discret génocide (1964) 8. Les trois cercles du pouvoir (1973-1978)  
  •  

  • De la doctrine à l'action 9. Les Français au Rwanda 10. La guerre blanche 11. La guerre grise 12. La guerre noire  
  •  

  • Le temps des mensonges 13. "Follow the money line..." 14. Un tour de passe-passe 15. Un vrai coup d'Etat 16. La guerre sur les arrières 17. Un monde à part 18. Chimères
  • Coloniser, exterminer

    couverture

    Olivier Le Cour Grandmaison
    Fayard (Lagardère), 2005

    Quelles furent les spécificités des conflits coloniaux engagés par la France en Afrique du Nord et ailleurs ? Que nous apprennent les méthodes singulières - enfumades, massacres de prisonniers et de civils, razzias, destructions de cultures et de villages - couramment employées par les militaires français sur la nature de la guerre conduite pour pacifier l'ancienne Régence d'Alger ? Pourquoi de nombreuses mesures racistes et discriminatoires ont-elles été élaborées puis appliquées au cours de la conquête et de la colonisation de l'Algérie ? Comment furent-elles codifiées sous la Troisième République puis étendues aux nouveaux territoires de l'empire tels que l'Indochine, la Nouvelle-Calédonie et l'Afrique-Occidentale française ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage entend répondre. En effet, la conquête puis la colonisation difficiles et meurtrières de l'Algérie doivent être considérées comme une sorte de vaste laboratoire au sein duquel des concepts - ceux de " races inférieures ", de " vie sans valeur " et d'" espace vital ", promis à l'avenir et aux usages que l'on sait - furent forgés. De même, on découvre les origines de nouvelles techniques répressives - l'internement administratif et la responsabilité collective notamment - qui, avec le Code de l'indigénat adopté en 1881, firent de l'État colonial un état d'exception permanent. Plus tard, l'internement fut même importé en métropole pour s'appliquer, à la fin des années 1930, aux étrangers d'abord, aux communistes ensuite puis aux juifs après l'arrivée de Pétain au pouvoir. S'appuyant sur quantité de documents peu connus voire oubliés, sur la littérature aussi, cette étude originale et dédisciplinarisée éclaire d'un jour nouveau les particularités du dernier conflit qui s'est déroulé entre 1954 et 1962, mais aussi les violences extrêmes et les guerres totales qui ont ravagé le Vieux Continent au cours du XXe siècle.

    Plan :

    1. Des "arabes" 2. Guerre aux "arabes" et guerre des races 3. De la guerre coloniale 4. L'Etat colonial : un Etat d'exception 5. La "coloniale" contre la "sociale"

    Elf la pompe Afrique

    Nicolas Lambert
    Tribord, 2006

    Retranscription de la pièce de théâtre de/par Nicolas Lambert : plongeon dans ce qui constitue sans doute l'un des plus grands scandales politico-financiers de la France du XXème siècle : l'affaire Elf. Après avoir assisté aux quatre mois d'audience du « procès elf », Nicolas Lambert nous en livre une synthèse sur les planches. En replaçant dans leurs bouches les vrais propos des célèbres prévenus, interrogés par le Président du Tribunal, il démêle les fils de cet imbroglio politico-judiciaire. Et c'est pas triste ! Pour en savoir beaucoup plus : spectacle Elf la pompe Afrique

    L'or africain

    couverture

    Gilles Labarthe et François-Xavier Verschave
    Agone, 2007

    Une enquête sur l'exploitation de l'or en Afrique : à qui profite cette matière première ? Dans quelles conditions est-elle extraite ? Avec quelles conséquences sociales et environnementales pour les populations africaines ?

    Du racisme français

    couverture

    Odile Tobner
    Les arènes, 2007

    Depuis le Code noir (1685), rares sont les intellectuels français qui ont remis en question le socle raciste sur lequel repose notre regard sur "les noirs", africains ou antillais. Les récentes saillies négrophobes d'Hélène Carrère d'Encausse, Alain Finkielkraut ou Nicolas Sarkozy ne sont pas de malheureux dérapages mais la continuité désolante de préjugés nourris depuis quatre siècles. Qui, en France, sait que Saint-Simon, Bossuet, Montesquieu ou Voltaire ont commis, sur ces questions, des pages monstrueuses ? Que Renan, Jules Ferry, Teilhard de Chardin, Albert Schweitzer ou encore le général De Gaulle leur ont emboîté le pas ? Le pays des Lumières et des Droits de l'homme n'aime pas se voir en ce miroir-là. Odile Tobner révèle que la négrophobie fait pourtant partie de notre héritage.

    La Françalgérie

    couverture

    Lounis Aggoun, Jean-Baptiste Rivoire
    La découverte, 2005

    La violence qui a ravagé l'Algérie à partir de 1992 nous a été présentée comme une guerre d'intégristes islamistes contre des militaires se battant pour sauver la démocratie. Quant à la France, elle se serait contentée d'une bienveillante " neutralité ". Comme le montrent, preuves à l'appui, les auteurs de ce livre explosif, ce scénario est en fait une vaste construction médiatique. En s'appuyant sur six ans d'enquête, en Europe et Algérie, des dizaines de témoignages et des centaines de sources, ils expliquent comment, dès 1980, un petit groupe de généraux algériens a conquis progressivement le pouvoir, tout en développant les réseaux de corruption de la " Françalgérie ". Ces hommes ont ensuite instrumentalisé l'islamisme radical, avant de lancer une terrible " troisième guerre d'Algérie ", en multipliant les opérations " attribuées aux islamistes " : assassinat du président Boudiaf, meurtres d'intellectuels, massacres de civils et de militaires... Pour faire pression sur la France, leurs services secrets ont organisé de spectaculaires et meurtrières actions de " guerre psychologique " contre des citoyens français, en Algérie comme dans l'Hexagone. Pour la première fois, ce livre démonte les rouages de l'extraordinaire machine de mort et de désinformation conçue par les généraux algériens ainsi que les complicités dont ils ont bénéficié en France.

    Kamerun, la guerre cachée aux origines de la Françafrique

    couverture

    Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa
    La découverte, 2011

    Pendant plus de quinze ans, de 1955 à 1971, la France a mené au Cameroun une guerre secrète. Une guerre coloniale, puis néo coloniale, qui a fait des dizaines de milliers de morts, peut-être davantage. Une guerre totalement effacée des histoires officielles.

    Pendant quatre ans, les auteurs ont enquêté en France et au Cameroun. Ils ont retrouvé de nombreux témoins : militaires français et camerounais, combattants nationalistes, rescapés des massacres... Dans les archives, ils ont consulté des milliers de documents et fait d’étonnantes trouvailles. Ils racontent comment furent assassinés, un à un, les leaders de l’UPC et ils montrent comment l’administration et l’armée françaises, avec leurs exécutants locaux, ont conduit pendant des années une effroyable répression : bombardements des populations, escadrons de la mort, lavage de cerveau, torture généralisée, etc.

    Plus de cinquante ans après la pseudo-indépendance accordée au Cameroun le 1er janvier 1960, cette histoire reste d’une brûlante actualité. Car c’est aussi celle de la naissance de la Françafrique, fruit du consensus colonial de la IVe République, puis de la diplomatie secrète de la Ve République. C’est l’histoire, enfin, d’un régime « ami de la France » en guerre perpétuelle contre son propre peuple : après vingt-deux ans de dictature sous Ahmadou Ahidjo et près de trois décennies de déliquescence sous Paul Biya, les Camerounais rêvent toujours d’indépendance et de démocratie.

    Nicolas Sarkozy ou la Françafrique décomplexée

    couverture

    Samuël Foutoyet
    Tribord, 2009

    Pendant la campagne des élections présidentielles en 2007, le candidat Nicolas Sarkozy a multiplié les annonces de rupture avec la politique africaine de ses prédécesseurs, dénonçant le soutien aux dictatures, la diplomatie secrète, le clientélisme ou encore les détournements de l'aide au développement, bref la " Françafrique ". Pourtant, au regard des actes posés depuis sa prise de fonction à l'Élysée, le président français n'a pas tenu ses promesses : perpétuation de relations clientélistes, discours essentialiste de Dakar sur l'" homme africain ", soutien à des dictateurs, défense de l'affairisme français, intervention militaire au Tchad, rôle joué par certains émissaires officieux, la politique africaine de Nicolas Sarkozy s'inscrit plus dans une continuité que dans une rupture. Elle est une perpétuation de la politique néocoloniale que chaque président français a poursuivi depuis les " indépendances " africaines.

    Que fait l'armée française en Afrique ?

    couverture

    Raphaël Granvaud
    Agone, 2010

    Que fait l'armée française en Afrique ? Et de quel droit s'y trouve-t-elle encore aujourd'hui ? Si l'on en croit les discours officiels, elle n'y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce "Dossier noir " examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un retour sur le dispositif néocolonial mis en place au lendemain des indépendances, il analyse - notamment à travers les conflits en Côte d'Ivoire ou au Tchad - les interventions militaires censées illustrer la "nouvelle " politique africaine de la France. Entre héritage colonial et stratégies pour s'adapter à l'évolution des rapports de force internationaux, cette politique n'a jamais cessé d'être criminelle.

    Notre ami Ben Ali

    couverture

    Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi
    La découverte, 2002

    Au pouvoir en Tunisie de 1987 à 2011, Zine Ben Ali a peu à peu transformé la paisible Tunisie en une immense caserne. La lutte contre les islamistes a justifié un impressionnant maillage policier de la population. Les opposants, même les moins virulents, sont systématiquement persécutés, souvent torturés, avant d'être jugés dans des parodies de procès. Comment la France a-t-elle tolèré à deux heures d'avion un tel régime ? Pourquoi la diplomatie, la plupart des médias et les milieux d'affaires cautionnaient-ils par leur silence un régime aussi autoritaire ? Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi révèlent la face cachée du " miracle tunisien " (pour reprendre les termes de Jacques Chirac). Ils retracent la carrière étonnante du président Ben Ali (" élu " en 1989 et 1994 avec 99 % des voix), décortiquent les rouages de son système répressif et les violations massives des droits de l'homme, révèlent les dérives mafieuses du régime et des " sept familles " qu'il a enrichies. Et surtout, ils expliquent pourquoi " notre ami Ben Ali " a bénéficié en France d'une aussi extraordinaire indulgence : l'hospitalité généreusement accordée à certains responsables politiques ou journalistes français, la collaboration étroite entre services de renseignement pour la chasse aux opposants islamistes, les intérêts économiques croisés.

    Notre ami le roi

    couverture

    Gilles Perrault
    Gallimard, 1992

    Trente ans durant, il a été l'ami de la France, de ses dirigeants, de ses industriels, de ses élites de droite et de gauche. Roi du Maroc, Hassan II symbolisait pour nombre d'Occidentaux le modernisme et le dialogue en terre d'lslam. Mais ces apparences avenantes dissimulaient le jardin secret du monarque, l'ombre des complots et des prisonniers, des tortures et des disparus, de la misère. Il règnait, maître de tous et de chacun, brisant par la répression, pourrissant par la corruption, truquant par la fraude, courbant par la peur. S'il n'a pas inventé le pouvoir absolu, son génie aura été de l'habiller des oripeaux propres à tromper ceux des étrangers qui ne demandent qu'à l'être. Sa " démocratie " a connu une moyenne de quatre procès politiques par an, plus de cent depuis l'indépendance, avec, chaque fois, une fournée de militants condamnés à mort ou à des siècles de prison. Tortures du derb Moulay Cherif, morts-vivants de Tazmamart, calvaire des enfants Oufkir, nuit des disparus sahraouis...

    La Colonie française en Algérie : 200 ans d'Inavouable

    couverture

    Lounis Aggoun
    Demi-Lune, 2010

    En 1962, une nouvelle forme de colonisation commence en Algérie, qui conserve les aspects les plus sombres de la précédente. La révolution à peine née, débute l'élimination des dirigeants de valeur, compétents et intègres : une petite clique d'officiers profite de la confusion de la guerre pour s'emparer graduellement du pouvoir. D'éliminations politiques en assassinats, se concentre au sommet de l'État ce que le pays nourrit de plus néfaste. Aux deux bouts de la chaîne, en amont et en aval de la spoliation à grande échelle, émerge un homme, Larbi Belkheir, l'un des architectes de la confiscation du pouvoir en 1962, et le promoteur en 1999 du régime présidé par Bouteflika. En décidant d'envahir l'Algérie, la France a-t-elle apporté Les Lumières ou l'incendie ? La colonisation a-t-elle eu un caractère positif ou génocidaire ? De Gaulle a-t-il offert l'Indépendance ou plongé le pays dans un cauchemar dont celui-ci n'arrive pas à sortir ? Boumediene a-t-il succombé à une mort naturelle ou fut-il empoisonné ? Le pouvoir qui lui succéda était-il souverain ou contrôlé en sous-main par un « clan français » derrière Chadli ? L'assassinat d'Ali Mécili s'est-il accompli en dépit des forces de l'ordre dirigées par Charles Pasqua ? Quel rôle la France a-t-elle joué lors de la descente aux enfers de l'Algérie des années 1990 ? Le terrorisme islamiste est-il, comme le présentent les médias, un fléau menaçant l'Algérie de talibanisation ? Qui sont les véritables maîtres de l'Algérie ? Voilà quelques-unes des nombreuses questions auxquelles l'auteur répond sans peur de briser les tabous, en dévoilant certains des aspects les plus noirs de la relation entre les deux pays. Au fil des pages, les mythes implosent. De Napoléon à Sarkozy, de Talleyrand à Pasqua, du dey d'Alger à Larbi Belkheir, ce livre retrace près de deux siècles d'une histoire complexe et tumultueuse. En revisitant l'histoire récente de manière factuelle et très documentée, il ambitionne de faire la lumière sur les « pages glorieuses de la colonisation française », sur les « drames » de la guerre d'Algérie, tout comme sur la situation économique actuelle d'un pays tout entier dévoré par la prévarication.

    La complicité de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda

    couverture

    association Survie
    L’Harmattan, 2009

    Le génocide des Tutsi du Rwanda a fait d’avril à juillet 1994 environ 1 million de victimes, massacrées sous le prétexte d’être tutsi ou pour s’être opposées aux massacres. Planifié par les extrémistes hutu du régime du président Habyarimana, ce génocide a pu être mis en œuvre grâce au silence de la communauté internationale et surtout à l’appui apporté par la France aux génocidaires. Alors que les plus hautes autorités françaises savaient qu’un génocide pouvait survenir au Rwanda, elles n’ont rien fait pour l’enrayer. Au contraire, elles ont soutenu ceux qui le préparaient puis ont apporté un appui décisif, tant politique que militaire, à ceux qui le commettaient. Ce soutien constitue bien, en droit, une complicité de génocide. C’est ce qu’entend rappeler ce livre, 15 ans après les faits. Autour de 15 questions-clés, il s’attache à démontrer les éléments constitutifs de cette complicité et tente de répondre aux interrogations qu’une telle accusation pose. Pourquoi la France s’est-elle ainsi engagée au Rwanda ? Est-il possible de juger les responsables français ? Que penser des arguments de ceux qui réfutent la complicité de la France dans le génocide ? Depuis le génocide, quelle est l’attitude de la classe politique française ? Quelle est celle des militaires engagés au Rwanda ? Quelle connaissance l’opinion française a-t-elle de l’implication française ? Qu’est-ce qu’une Commission d’enquête parlementaire apporterait de plus que la Mission d’information de 1998 ? Au travers des réponses à ces questions, ce livre entend aider les citoyens français à comprendre en quoi cette tragédie « africaine » fait à jamais partie de l’histoire de notre pays et met directement en cause le fonctionnement de nos propres institutions.

    Histoire de l'Afrique noire

    couverture

    Joseph Ki-Zerbo
    Hatier, 1994

    Cette histoire des peuples d'Afrique, des origines aux années 80, écrite par un historien burkinabé, s'attache tout particulièrement aux résistances africaines face à la colonisation, autant pugnaces que méconnues.

    La régente de Carthage

    couverture

    Nicolas Beau et Catherine Graciet
    La découverte, 2009

    Dans une atmosphère de fin de règne, la Tunisie du général président Zine el-Abidine Ben Ali a vu son épouse, Leila Trabelsi, jouer depuis plusieurs années un rôle déterminant dans la gestion du pays. Main basse sur la Tunisie : telle semblait être l'obsession du clan familial de la " présidente ". Du yacht volé à un grand banquier français par le neveu de Leila à la tentative de mainmise sur les secteurs clés de l'économie, les affaires de la famille Trabelsi se multipliaient sur fond de corruption, de pillage et de médiocrité intellectuelle. Mais la surprise dans cette triste vie du sérail tunisien vient de la forte personnalité de Leila, bien plus proche d'une Catherine de Médicis que d'une courtisane de boudoir. Son appât du gain et son habileté à placer les siens en ont fait la digne héritière de Wassila Bourguiba, qui gouverna la Tunisie dans l'ombre d'un président vieillissant et malade.

    L'ennemi intérieur

    couverture

    Mathieu Rigouste
    La découverte, 2009

    Retraçant l'évolution des représentations de l'ennemi intérieur dans la pensée d'État depuis les années 1960, ce livre documenté explique comment, des territoires colonisés d'hier aux quartiers populaires d'aujourd'hui, la Ve République a régénéré un modèle de domination fondé sur la désignation d'un bouc émissaire socio-ethnique et la gestion de la peur dans la population. À travers l'étude minutieuse des étapes de la lutte contre l'immigration et de la structuration de l'antiterrorisme, il révèle l'effrayante évolution du contrôle intérieur, de sa dimension médiatique et la fonction des imaginaires de l'ethnicité dans la mise en œuvre du nouvel ordre sécuritaire dans la France contemporaine.