Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Médias

Textes (26)

Films (6)

Livres (18)

Illustrations (9)

Liens (39)

Citations (51)

Les livres du thème « Médias »

Culture de masse ou culture populaire ?

couverture

Christopher Lasch
Climats, 2001

A travers de nombreux ouvrages, Christopher Lasch a développé une critique radicale du capitalisme moderne. Dans ce livre, il explique comment la culture de masse, homogénéisée, des sociétés modernes n'engendre nullement une mentalité éclairée et indépendante, mais au contraire la passivité intellectuelle, la confusion et l'amnésie collective.

Les nouveaux chiens de garde

couverture

Serge Halimi
Liber Raisons d'agir, 2005 (1997)

Un essai incisif, bardé de citations croustillantes et d'analyses fines de l'univers médiatique. Incontournable en matière de critique des médias.

Cette seconde édition a été remaniée, avec succès.

Plan :

  1. Révérence devant le pouvoir
  2. Prudence devant l'argent
  3. Journalisme de marché
  4. Un univers de connivences

Le bonheur conforme

couverture

François Brune
Gallimard, 1985

Un ouvrage pédagogique d'analyse du discours publicitaire et de ses effets sociaux et politiques.

Plan :

 

 

  • A Les grandes manoeuvres de l'opium quotidien
  •  

  • 1. Réduire
  •  

  • 2. Frustrer
  •  

  • 3. Erotiser
  •  

  • 4. Aliéner
  •  

  • 5. Récupérer
  •  

  • 6. Conditionner
  •  

  • 7. Infantiliser  
  •  

     

  • B Idéologie et publicité
  •  

  • 8. Le règne du plaisir
  •  

  • 9. Le plaisir de régner
  •  

  • 10. L'homme fonctionnel
  •  

  • 11. La démocratie publicitaire
  •  

  • 12. Tiers-Monde : servez-vous !  
  •  

     

  • C Les voies de la normalisation
  •  

  • 13. Gouverner, c'est parler
  •  

  • 14. Voir, c'est croire
  •  

  • 15. La fiction comme détournement de la conscience
  •  

  • 16. Le piège à plusieurs voix
  • Almanach critique des médias

    couverture

    Collectif
    Les arènes, 2005

    L'almanach s'adresse à tous ceux qui sont fatigués ou révoltés par le système médiatique, son bombardement d'informations faussement neutres, ses trucages assumés, sa connivence en circuit fermé, sa lâcheté encouragée, sa myopie vaniteuse, son absence de pertinence.

    350 pages d'enquêtes, de décryptage, d'interviews, de «perles » par centaine, réalisés par une soixantaine de collaborateurs appartenant tous au mouvement de la contre-culture médiatique : journaux indépendants (PLPL, CQFD, Fakir), sites critiques (Acrimed, Rezo.net), etc.

    Retrouvez plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres/

    Plan :

    1. Le journalisme de chaire
    2. Le journalisme de faits divers
    3. Le journalisme de téléachat
    4. Le journalisme de connivence
    5. Le journalisme policier
    6. Le journalisme de marché
    7. Le journalisme patriote
    8. Le journalisme d'auto-absolution
    9. Critique des médias et médias libres

    Sur la concentration dans les médias

    couverture

    Observatoire Français des Médias
    Liris, 2005

    Un tour d'horizon concis et complet de la concentration dans les médias.

    Ce livre montre comment la plus grande partie des médias en France est sous l'influence de cinq groupes dont trois bénéficient de marchés publics : Lagardère, Bouygues, Dassault, Vivendi, Bertelsmann. Cette forte concentration, aggravée par les alliances entre groupes, génère de multiples dérives : connivences, abolition de la frontière entre information et divertissement, uniformisation des contenus, exclusion de nouveaux venus qui n'appartiendraient pas au sérail, pressions sur les hommes politiques, autocensure sur les sujets tabous.

    Plus de détails sur http://www.observatoire-medias.info

    Plan :

    1. Les médias dans les mains d'industriels et de financiers
    2. La télévision
    3. La presse écrite
    4. L'édition

    Libération, de Sartre à Rotschild

    couverture

    Pierre Rimbert
    Raisons d'agir, 2005

    Fondé par Jean-Paul Sartre en 1973, pour « donner la parole au peuple », Libération est passé en 2005 sous le contrôle du banquier d'affaires Édouard de Rothschild. Ces noces de la presse et de l'argent n'éclairent pas seulement le sort des journaux français livrés aux industriels. Libération fut aussi le laboratoire d'une métamorphose. Celle d'une gauche convertie au libéralisme dans les années 1980, et qui dissimule son conformisme économique derrière un rideau d'« audaces » culturelles. Au-delà de l'analyse d'un cas exemplaire, l'excellent livre de Pierre Rimbert examine les ressorts d'une révolution conservatrice dans la vie intellectuelle française.

    Plus de détails sur http://www.acrimed.org

    Plan :

    1. De Mao à Mitterrand
    2. L'ouverture au capital
    3. Les rénovateurs du libéralisme
    4. Deuxième gauche, nouvelle presse et troisième voie

    Négrophobie

    couverture

    Boubacar Boris Diop, Odile Tobner et François-Xavier Verschave
    Les arènes, 2005

    Pour la Françafrique, l'information est une arme comme une autre. De RFI au Monde, son traitement est surveillé, filtré, parfois même organisé. Au plus haut niveau, la République est passée maître dans l'art de biaiser l'information, à coup de vrais-faux scoops, de rideaux de fumée et de sources privilégiées. L'un de ces « ingénieurs de l'âme » s'appelle Stephen Smith. Responsable de la rubrique Afrique au Monde jusque fin 2004, après avoir tenu celle de Libération, il est l'auteur d'un best-seller inquiétant, Négrologie. Ce livre ressuscite les pires clichés coloniaux - sur les Africains, naturellement cruels, qui « se bouffent entre eux » (sic) - dans un salmigondis de statistiques tombées de nulle part et de prose apocalyptique. Trois auteurs ont mêlé leurs plumes pour répondre à ces écrits de mauvaise augure. Ils décortiquent le discours de Négrologie. Ils décryptent dix ans de désinformation, à Libération et au Monde. Ils défendent l'honneur des peuples d'Afrique face à tous ceux qui jouent avec le feu du racisme. Plus de détails sur http://www.survie-france.org et sur http://www.arenes.fr

    Plan :

    1. Peau noire, discours blanc (Odile Tobner) 2. Stephen Smith, passeur du racisme ordinaire (Boubacar Boris Diop) 3. Dix ans de désinformation (François-Xavier Verschave) 4. Extraits de la revue de presse consacrée à Négrologie

    Les petits soldats du journalisme

    couverture

    François Ruffin
    Les arènes, 2003

    Le Centre de formation des journalistes se proclame "la meilleure école de journalisme en France et même en Europe". Patrick Poivre d'arvor, David Pujadas, Pierre Lescure, Franz-Olivier Giesbert, Laurent Joffrin et tant d'autres ténors de la presse sont passés dans ses murs.

    Pendant deux ans, François Ruffin a suivi leur exemple. Elève appliqué, il a pris en notes les conseils des professeurs et les confidences des "grandes plumes ". Il s'est coulé dans le moule, pour voir. Et il a vu.

    "Dans un an, vous serez journalistes, confie un intervenant. Vous entrerez dans ce que j'appelle "le complot de famille", c'est-à-dire des règles qui peuvent scandaliser les gens mais, bon, c'est comme ça que la machine fonctionne." Un "complot " que ce livre met au jour : tacites ailleurs, les règles du métier sont ici affichées sans vergogne.

    Plus de détails sur http://www.arenes.fr (avec notamment les réponses du Centre de formation des journalistes...)

    Plan :

    Introduction : la voie royale

    1. La pratique : PRODUIRE
      • Remise en forme
      • Vite et mal
      • Suivre l'actualité
      • La dictature du lectorat
    2. La théorie : ABRUTIR
      • Mort cérébrale
      • L'éthique en toc
      • Le nerf des médias
      • Modèle unique
    3. Le cadre : OBEIR
      • Eloge de la détention
      • La peine cachée
      • Pédagogie de la soumission
      • Exécution sommaire

    Conclusion : Un rouage du consentement

    La bonne soupe

    couverture

    Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos
    Les arènes, 2006

    Chaque jour à 13 heures, plus de sept millions de téléspectateurs ingurgitent la bonne soupe du journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut.

    On peut en sourire ou même se laisser attendrir. On peut aussi observer Pernaut en son bocal, enquêter sur les coulisses de ce journalisme en sabots, écouter la musique étrange qui s'en dégage : peur à tous les étages, culte des petits commerçants, célébration d'une France factice...

    Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos racontent l'histoire du «13 heures» de Jean-Pierre Pernaut. Ou comment un journal télévisé lancé à l'assaut des notables de province est devenu, à coup d'études d'audience et d'informations artificielles, la formule magique de TF1. Au point de contaminer chaque jour l'information, à toutes les heures et sur toutes les chaînes.

    Plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres

    Black List

    couverture

    Collectif
    Les arènes, 2003

    Ils étaient les enfants du Watergate. Ils travaillaient pour CBS, Newsweek ou CNN et ils en étaient légitimement fiers : ils faisaient le plus beau métier du monde dans la première démocratie du monde.

    Un jour, ils ont traversé le miroir. Leurs adversaires les ont harcelés. Ils ont refusé de se soumettre. Les intimidations ont redoublé. Sous la pression, leur rédaction les a lâchés. Leur seul crime : avoir enquêté là où il ne fallait pas. Sentant soudain le soufre, ils ont dû quitter le confort des télévisions et des journaux qui "font" l'opinion.

    Quinze grands journalistes américains racontent 15 récits sur l'autre côté du pouvoir des médias.

    Black List a été un best-seller aux Etats-Unis, par la magie du bouche-à-oreille et d'internet.

    Plus de détails sur http://www.arenes.fr/livres

    Les médias pensent comme moi

    couverture

    François Brune
    L'Harmattan, 1997 (1996)

    Extrait de la 4ème de couverture :

    L'individu moderne est dépossédé de lui-même par les médias. Un vaste discours anonyme parasite chaque jour sa pensée et sa parole. Il croit avoir des idées, et il ne fait que répéter les clichés à la mode. Il croit exprimer, et ses lèvres récitent les formules de tout le monde. Or, ce discours n'est pas neutre. Il forme une véritable idéologie, dont la finalité semble claire : dépersonnaliser le citoyen pour le soumettre aux impératifs de l'ordre socio-économique. Cet essai dépiste et analyse les signes révélateurs du discours anonyme, en nous et en hors de nous. Alors apparaissent les cohérences de cette idéologie ambiante qui, implacablement, vide l'être de lui-même pour l'emplir faussement, et à laquelle, opiniâtrement, doit s'opposer toute conscience qui revendique une parole personnelle, et donc, libératrice.

    Plan :

    1. L'époque et l'impuissance
    2. L'illusion individualiste
    3. Démissions de l'esprit
    4. Que ça fonctionne !
    5. Parole personnelle : s'abstenir
    6. Compléments

    Une imposture française

    couverture

    Nicolas Beau, Olivier Toscer
    Les arènes, 2006

    Grâce à ses relations dans les médias, Bernard-Henri Lévy n'hésite pas à corriger, voire à empêcher la parution d'articles qui lui déplaisent. Ce livre donne les recettes de cet attaché de presse toujours sur le pont, si efficace pour lui-même et pour ses amis.

    Profitant de cette impunité médiatique, Bernard-Henri Lévy se permet beaucoup de liberté dans ses «enquêtes» au Pakistan, en Afghanistan ou en Algérie. Ce livre raconte ses plus beaux trucages.

    Modeste, Bernard-Henri Lévy reste étonnamment discret sur son goût pour la finance et les jeux d'influence. Ce livre dresse le portrait d'un héritier qui aime autant les affaires que les livres... même s'il en parle nettement moins.

    D'histoires cruelles et dérangeantes en anecdotes choquantes ou simplement drôles, cette enquête nous entraîne au c½ur des réseaux médiatiques français, avec leurs arrangements et leurs petites lâchetés, sur les traces de leur plus belle imposture : Bernard-Henri Lévy.

    Pour en savoir plus : éditions Les arènes

    On achète bien les cervaux

    couverture

    Marie Bénilde
    Raisons d'agir, 2007

    Trop souvent, l'omniprésence de la publicité dans les médias est acceptée avec un mélange d'agacement et de fatalisme. Mais connaît-on le coût d'une telle résignation ? Il est élevé : une information altérée au profit d'intérêts privés, une télévision soucieuse de « vendre du temps de cerveau humain disponible », une presse soumise aux exigences des annonceurs... Pourtant, la publicité se présente comme un art, une culture, une machine à rêves. En réalité, elle façonne des besoins de consommation, véhicule des stéréotypes, alimente la course au productivisme. Et, désormais, elle recourt aux neurosciences pour installer ses « marques » dans nos consciences. Ses agences milliardaires en ont fait un pouvoir financier ; ses conseillers en communication, un pouvoir politique ; son influence sur la presse, un pouvoir médiatique. Bien plus qu'une émanation superficielle de l'ordre économique, la « pub » en est un rouage essentiel.

    L'opinion ça se travaille

    couverture

    Serge Halimi, Dominique Vidal
    Agone, 2002

    « Traitement exemplaire » et « On a tiré toutes les leçons de nos erreurs passées » constituent les formules sous lesquelles les médias travestissent leur travail en temps de guerre. D'un conflit à l'autre, le parallélisme des expressions laisse en effet songeur : « On a tiré toutes les leçons de la guerre du Golfe, où on n'avait pas assez conceptualisé l'image », estima ainsi Etienne Mougeotte. Le vice-président de TF1 oubliait seulement que ces « leçons » avaient déjà été tirées au moment de la guerre du Kosovo... puis de celle d'Afghanistan.

    Exemples à l'appui, ce livre rappelle comment les médias ont broyé l'information du public tout au long des quinze dernières années - et continuent de le faire. Ce qu'il décrit, loin de constituer une collection d'exceptions, est devenu la règle ; pas un dérapage, la norme.

    Télé Millevaches

    couverture

    Samuel Deléron, Michel Lulek, Guy Pineau
    REPAS, 2006

    Ce livre raconte l'histoire de Télé Millevaches, une télévision locale qui, parmi les premières en France, témoigne de l'appropriation par les habitants de l'outil télévisuel pour communiquer, échanger, montrer ce qui se fait sur leur territoire et porter une parole que les télévisions ignorent en général.

    Les éditocrates

    couverture

    Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Mathias Reymond
    La découverte, 2009

    Vous les connaissez bien. Leur visage et leur voix vous sont familiers. Ils signent tous les jours un éditorial dans la presse écrite ; ils livrent une chronique chaque matin sur une antenne de radio ; ils occupent les plateaux des grandes - et des petites - chaînes de télévision ; chaque année, voire plusieurs fois par an, leurs nouveaux livres envahissent les tables des librairies. " Ils ", ce sont les " éditocrates ". Ils ne sont experts en rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à longueur de journée, ils livrent à l'auditeur-lecteur-téléspectateur-citoyen leurs commentaires creux ou délirants sur le monde comme il va et comme il devrait aller. Sentencieux, ils racontent (à peu près) tous la même chose et dans (presque) tous les domaines, que ce soit sur la vie politique, la crise économique, les problèmes de société, les questions internationales, etc. Pontifiants, ils répètent à tout bout de champ qu'ils sont "politiquement incorrects" - alors qu'ils sont les plus illustres représentants du conformisme intellectuel. A travers dix portraits drôles et corrosifs, ce livre dévoile l'imposture de ces professionnels de la pensée-minute.

    La fabrication du consentement

    couverture

    Noam Chomsky
    Agone, 2008

    Les médias constituent un système qui sert à communiquer des messages et des symboles à la population. Ils ont vocation à distraire, amuser, informer, et à inculquer aux individus les croyances et codes comportementaux qui les intégreront aux structures sociales au sens large. Dans un monde où les richesses sont fortement concentrées et où les intérêts de classe entrent en conflit, accomplir cette intégration nécessite une propagande systématique. Une modélisation de la propagande se focalise sur la prodigieuse inégalité dans la capacité de contrôle des moyens de production ; et ce qu'elle implique tant du point de vue de l'accès à un système de médias privés que de leurs choix et fonctionnements. Le modèle proposé par Chomsky permet de reconstituer par quels processus le pouvoir et l'argent sélectionnent les informations.

    Journalistes précaires, journalistes au quotidien

    couverture

    Alain Accardo
    Agone, 2007

    Le secteur de la presse est certainement de ceux où la précarisation des petits salariés est la plus galopante. La corporation, pourtant truffée de grandes consciences toujours prêtes à délivrer des leçons d'humanisme sans frontières, ne s'émeut guère de la condition galérienne qui est faite, en son sein, à des milliers de jeunes complaisamment livrés à l'arbitraire des employeurs par les écoles de journalisme. Le grand public ne connaît généralement du journalisme que sa vitrine la plus clinquante. II ignore à quel degré de médiocrité intellectuelle et d'imposture morale est parvenue, sous la conduite de ses élites autoproclamées, cette corporation où une minorité privilégiée régente avec arrogance et sans compassion une masse de jeunes gens auxquels quelques années d'études post-baccalauréat sans véritable substance ont permis d'atteindre ce niveau officiellement certifié d'inculture branchée et culottée, bavarde et narcissique, que semble apprécier et favoriser le monde politico-médiatique. En plus d'un ensemble d'analyses des conditions sociales de fonctionnement, le lecteur trouvera dans cet ouvrage, sous la forme d'entretiens approfondis avec divers professionnels (presse écrite, quotidienne, nationale ou régionale, de magazine, télé, radio, etc.), une série de témoignages à la fois très éclairants et très émouvants sur le monde journalistique. Et, au-delà, sur une intelligentsia prolétaroïde dramatiquement représentative de ce que les métiers de la communication sont devenus aujourd'hui.