Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Le Postillon N°20

Au sommaire :

L’âme meurtrie de Mistral

Au Postillon, quand on parle des « quartiers » de Grenoble, c’est généralement, et toujours à raison, pour dire du mal de certaines actions de la mairie ou de la police. Oui mais voilà, il a fallu douloureusement nous rendre à l’évidence : il n’y a pas qu’eux qui pourrissent la vie des habitants de ces cités. Cela fait plusieurs mois que des lecteurs témoignent de ce qui se passe dans le quartier Mistral, à savoir le développement de ce que beaucoup comparent à un système mafieux. Parce que face à l’omerta souvent rencontrée là-bas, nous pensons qu’il est important de parler de ce problème ; nous avons donc décidé d’essayer de le prendre à bras-le-corps. Après avoir passé du temps dans la cité Mistral, ce papier tente de décrire – forcément subjectivement, mais avec le maximum de justesse - les enjeux planant dans le quartier.

Le distributeur automa-shit. Encore une innovation grenobloise !

On répète sans arrêt - à raison ! - que Grenoble est une ville innovante. Mais pourquoi diable l’innovation devrait-elle se cantonner dans les quartiers nord de la ville ? Pourquoi la création de richesses, la recherche illimitée de profits devrait-elle se limiter aux laboratoires et centres de recherche de la Presqu’île scientifique :ou aux zones d’activités comme Innovallée ? Cette profonde injustice est en train d’être réparée : dans les quartiers sud aussi, on se veut à la pointe de la modernité. Le quartier Mistral, longtemps considéré comme perdu pour la cause de l’Innovation, vient de faire parler de lui pour un dispositif installé dernièrement au cœur du quartier : le « distributeur presque automatique de drogue », auquel Le Daubé (2/04/2013) a consacré une pleine page.

Menaces sur la protection de l’enfance + reportage bédé

Décidément, les échos nous parvenant du conseil général ne sont pas reluisants. Ainsi le témoignage anonyme qui suit raconte de l’intérieur la volonté de mise à mal de la protection de l’enfance par le conseil général et une partie du mal-être engendré sur ses salariés.

Le boxeur brocanteur / reportage photos

On va sans doute nous le reprocher : encore un reportage sur les vieux ! Et alors ? Au Postillon on aime bien les vieux et les vieilles. Parce qu’ils et elles sont la mémoire d’un quartier, d’un Grenoble d’antan où l’on ne triturait pas son portable frénétiquement dans le tramway, où les bagnoles n’avaient pas le monopole de la circulation, où les industries polluantes n’avaient pas encore été remplacées par les technologies modernes toutes autant polluantes. Parce que les vieux ça ne s’arrête jamais de parler et que c’est tellement plus simple de ne pas avoir à poser de questions quand on fait un journal. Parce que les vieux se plaignent sans cesse de leur mal de dos ou de pied et qu’on se dit que nous ne ferons pas de vieux os. Parce que les vieux des fois ça prend la tête. Parce que les vieux savent encore nous faire rire avec leurs intarissables anecdotes.

Lettre à toi, bibliothèque de Grenoble.« Passons en mode numérique » : une bibliothèque dans la poche... rien dans la tête !

Chère bibliothèque de Grenoble, Détrompe-toi : si je t’écris aujourd’hui, ce n’est pas pour te parler de l’absence du Postillon dans les bibliothèques de Grenoble. D’abord car notre journal est maintenant, après plusieurs mois de suspense, présent à la bibliothèque d’étude et d’information, l’une de tes plus importantes têtes de réseau. Mais aussi parce que cette polémique commence à devenir lassante. Ce dont je souhaite te parler est autrement plus important car il s’agit de l’avenir de la lecture, de la presse et des livres.

Critique médiatique à deux roues

Grenews, que l’on ne présente plus, titre photo à l’appui : « À Grenoble, comment pédaler en sécurité ? » Les deux pages consacrées à ce « dossier » ont provoqué l’ire de certains cyclistes (1). Ne prenant en compte que deux points de vue institutionnels, celui de la mairie de Grenoble et celui de la préfecture, l’article tend à stigmatiser... les cyclistes. François, président d’uN p’Tit véLo dAnS La Tête démonte quelques-unes des âneries proférées dans ce papier.

Le micro tendu à Stmicro. À quand le renoncement productif ?

Qu’est ce qui se passe dans la tête d’employés d’entreprises polluantes et énergivores pour qui la croissance n’a pas de limite ? Quel sens donnent-ils à leur travail ? Les syndicalistes et les patrons défendent-ils ensemble la fuite en avant technologique ? Vaut-il mieux déserter ou militer à l’intérieur ? Sommes-nous condamnés à la course à l’emploi ? Discussion entre deux membres du Postillon et Marc et Philippe, tous deux ingénieurs à STMicroelectronics Grenoble et délégués CGT.

Si tu t’appelles mélancolie (Edito)

C’était il y a quatre ans. Tin lin lin [Sur l’air de l’Été indien de Joe Dassin]. Un jour où les gardes mobiles envahissaient le parc Paul Mistral et chargeaient des manifestants. Une odeur de merguez planait dans l’air. Les sonos syndicales crachaient leur musique. Tin lin lin lin lin tin lin lin. C’était un premier mai. Et le premier vendeur à la criée du Postillon brandissait le numéro zéro du journal, comme si rien ne pouvait le perturber. Pas même les coups de tonfa et encore moins les merguez. C’était une feuille de chou, à parution à l’improviste, diffusée chez à peine plus d’une poignée de buralistes, tirée à quelques centaines d’exemplaires. Tin lin lin tin lin lin.

 

Pour nous écrire : Le Postillon, 46 bis rue d’Alembert, 38000 Grenoble lepostillon/chez/yahoo.fr 04 76 21 46 45