Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Le Postillon N°9

Au sommaire :

Carignon est encore dans la cuvette

Il est peu de sentiment aussi lugubre, humiliant et déconcertant que de tirer sans fin une chasse d’eau, sans pouvoir se débarrasser d’un étron tenace et narquois. On éprouve ce sentiment avec chaque photo ou déclaration d’Alain Carignon dans Le Daubé. Voici un repris de justice, résidant entre Paris et Marrakech, la ville des sybarites et touristes sexuels, n’ayant aucun moyen d’existence connu, qui arrive encore à diriger localement le parti majoritaire et à troubler la vie politique grenobloise sans qu’aucun journaliste ne lui demande d’où viennent ses revenus, ni où il demeure exactement. A défaut, voici un retour sur la carrière d’Alain Carignon, sur ses liens avec Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux, et – qui sait ? – sur le rôle qu’il a joué dans la promotion de Grenoble au rang de laboratoire sécuritaire national. Le texte est disponible ici

 « Tout le monde s’est bien servi de cette histoire. » Entretien avec la tante et la mère de Karim B.

Sept mois se sont écoulés depuis les « évènements » de Villeneuve. Suite à la mort de Karim B., tué par la BAC (Brigade Anti-Criminalité) après un braquage, le quartier avait connu trois jours d’émeutes et un état de siège policier inédit. Si la fièvre médiatique s’est estompée, les habitants subissent toujours les retombées de cet emballement sécuritaire. La famille de Karim nous raconte.

Visite guidée d’une presqu’île austère

LE grand projet qui va guider le développement de Grenoble dans les vingt ans à venir possède deux noms et deux sites Internet : « GIANT » (Grenoble Isère Alpes Nano Technologies) pour son aspect de développement technologique ; et « Grenoble Presqu’île » pour son aspect de développement urbain. Car ce qu’on appelle encore le Polygone scientifique, ce territoire coincé entre l’Isère et le Drac, rempli de centres de recherche et de locaux d’entreprises, est destiné à devenir l’extension du centre-ville de Grenoble. Alors que ses promoteurs tentent de travailler sa « convivialité », Le Postillon vous propose une visite des lieux, entre caméras, clôtures, barbelés et réacteur nucléaire.

Père Castor, raconte-nous une histoire de Grenoble ! 1975, le meeting du sergent Dupuy

Et un édito, des brèves, deux reportages dessinés,...