Les Renseignements Généreux - autodéfense intellectuelle, informations et alternatives

Le Postillon N°6

Journal local - Grenoble & sa cuvette - N° 6 - juin 2010

Au sommaire :

  • Pas d’édito ce mois ci !
  • Pour réenchanter Grenoble, si on rasait le Stade des Alpes ?

Rappelez-vous, c’était en 2003/2004 : la construction du grand stade avait suscité une vive opposition. Une manifestation de 4000 personnes. Trois mois de camping dans les arbres du Parc Paul Mistral pour quelques dizaines « d’écocitoyens ». Une expulsion musclée. Des dizaines de recours devant les tribunaux. Des milliers de tracts, d’affiches, d’autocollants, de pétitions. Le stade a été – malgré la volonté de ses promoteurs – un des grands sujets de controverse locale du début des années 2000.

  • Le conseil municipal et ses pantins

Mais comment se déroule un conseil municipal ? Simple chambre d’enregistrement des décisions prises en catimini par les pontes de la mairie ou réel espace de débat « démocratique » ? Ouvert au public, le conseil municipal est-il une cour de récréation ou un théâtre de Guignol ? Se plaignant de ne « servir que des cafés à longueur de journée », le stagiaire du Postillon s’est vu confier une mission : se coltiner l’intégralité du conseil municipal du 26 avril 2010. Avant de retourner sur les bancs de son école à larves de journalisme, il nous a remis son papier. Mieux qu’une caméra de vidéosurveillance : il a enregistré minutieusement les propos, faits et gestes des élus.

  • Carences pour l’hébergement d’urgence

Saviez-vous que l’État a l’obligation légale d’offrir un hébergement d’urgence aux personnes dormant dans la rue ? Mais qu’en Isère, au printemps comme en hiver, cette obligation est loin d’être respectée ? Après un petit topo des principes de l’hébergement d’urgence, la section « travail social » du Postillon mesure le décalage entre les textes de lois et les réalités iséroises de ces derniers mois.

  • Grenoble – Ouaga : Secret Stories

Novembre 2009. Grenoble fêtait ses 10 ans de jumelage avec Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Cet échange nous est vendu comme une référence en matière de coopération décentralisée. Avec l’émotion en prime. « Ensemble, c’est tout », c’est le ton des Nouvelles de Grenoble1 pour dresser régulièrement le portrait d’une histoire qui marche. Dessous d’une saga qui tourne mal.